Led Zeppelin

Un forum sur le grand groupe qu'est Led Zeppelin.
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 STEAM MORRISLER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40757
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: STEAM MORRISLER   Mar 13 Nov - 20:25



Août 1864, entre Rock Island et Saint Louis. Le Morrisler & Sons Queen Elizabeth Riverspring se traîne délicatement sur l'eau, laissant sur son passage des volutes blanches de vapeur se perdant dans le ciel pourpre de cette douce nuit d'été. Ce petit essaim de vie longe le Mississipi, luciole de joie entre les deux rives boisées et sombres du fleuve.

Portée par l'air chaud, la rumeur grisante de la fête s'envole et se fond dans le crépuscule. Parmi bruissements de robes et éclats de rire, entre éventails diffusant le parfum musqué des corsages et cigares à l'odeur oppressante, cinq hommes sont assis à une table ronde. Pourtant, rien ne les prédestinait à se rencontrer cette nuit là, sur ce pont, à cette table. Mais le hasard, s'il peut conduire aux pire situations, fait aussi bien les choses. Cinq destins rassemblés sur ces eaux noires et épaisses.


La fête battait son plein. Les cinq hommes demeuraient silencieux. Des heures passèrent, égoïstement joyeuses, insouciantes. Il était près de deux heures du matin, lorsque quelques notes de musique se faufilèrent parmi les rires et les éclats de voix ; douces et violentes, calmes et nerveuses, quatre notes de blues. L'un des cinq hommes avait pris place devant le vieux piano à l'intérieur. Mais outre quelques convives qui s'étaient retournés, personne n'y prêta une réelle attention. Soudain les doigts de l'homme attaquèrent les touches jaunes avec assurance dans une mélodie brinquebalante et poussiéreuse, un air entre blues et musique chère aux Dixies, entre souffrance et liberté. Un autre entendit cet appel, il songea immédiatement à Chicago, cimetière de son enfance. Une guitare, il lui fallait une guitare. Le jeune homme se leva et se dirigea vers le piano, il lui semblait que le bruit de ses pas était triplé. Les trois autres s'étaient aussi levés. Dans un éclat de rire, il saisit et enfila la guitare demi-caisse qui était appuyée au piano et tendit une vieille guitare dobro à la main tendue qui l'attendait. Le plus vieux s'assit à la batterie que le groupe du navire avait laissée là. Le plus jeune souleva la lourde contrebasse. Bientôt, les notes blanches et noires furent rejointes par l'onde, le tonnerre et la braise. Personne n'avait jamais entendu cela. Le groupe de l'équipage avait joué. Ces cinq hommes ne jouaient pas, c'était bien plus que ça. Ils continuèrent jusqu'à l'aube, donnant leur musique et ce qu'il leur restait d'âme aux voyageurs enthousiastes. L'accord de fin sonna. Comme si rien ne s'était passé ils s'arrêtèrent de jouer. Les cinq hommes se considérèrent silencieusement parmi les applaudissements tonnants de la foule qui les entourait. Ils se serrèrent la main et se présentèrent. Personne n'entendit leurs noms ; un craquement bruyant se fit entendre. Des cris. Une bousculade effrayante. Une vapeur épaisse.
Le Morrisler & Sons Elizabeth Riverspring coula non loin de Saint Louis sous l'impitoyable rose du ciel matinal. Il n'y eut aucun survivant.

Pourtant, si par une chaude nuit d'été, vous avez l'occasion de longer le Mississipi, approchez vous de l'eau et écoutez le calme coulis du fleuve. On raconte qu'il murmure avec langueur que cinq esprits étaient trop tourmentés pour s'enfuir d'ici-bas cette nuit-là…

http://www.steammorrisler.com/media.php

Guitar

Julien Creus
"Je pense qu'une seule phrase suffit a me decrire: un mec qu'on a parachuté sur terre trente ans trop tard, et au mauvais endroit. Il parait que j'adorais entendre tinter les cloches des églises quand j'étais gamin. On peut pas dire que j'ai gardé le coté religieux mais j'ai peut être gardé le coté musical... Je suis tombé la dedans vers mes dix ans. Ça a commencé avec ces chevelus crasseux qui ont inventé le grunge. Je me retrouvais pas mal en eux a cette époque... Et petit a petit je me suis cherché dans ces musiques qui sont a l'origine de tout, le hard rock, le jazz, puis surtout le blues... C'est lui qui m'a le plus séduit et duquel j'ai le plus appris... Les Doors, Aerosmith, Stevie Ray, ... Tous ces grands noms qui font rêver quoi... et a force d'en écouter, j'ai voulu en jouer, moi aussi. Puis J'ai eut la chance de croiser un vieux poussiéreux comme moi, Pierre-Emmanuel, dont le talent et la passion m'ont immédiatement convaincu que je ne devais pas le lâcher. La mayonnaise a prit et ça a fait les STEAM Morrisler... De fil en aiguilles, Emile et Nico ont rejoint notre aventure. Maintenant, j'essaie simplement de donner tout ce que mes tripes ont, a chaque note, a chaque accord, en espérant emporter un maximum de personnes dans mon, ou plutôt notre univers..."

Bass

Emile Desmarestz
"Moi et la musique? Ça a commencé tard! Et trop tard si tu veux mon avis. Enfin bon on choisit pas sa vie... mais on choisit son instrument et moi ça a été la basse direct : il suffit d'écouter "Stand by me" pour savoir de quoi je parle! Et si tu sais pas de quoi je parle... je vois même pas pourquoi on parle, pigé? Bref, j'ai vite compris que les instruments du devant de la scène, c'était pas mon truc. Pourtant j'ai essayé, guitare, piano, mais se pavaner devant la foule ça me met mal à l'aise. Je préfère rester dans l'ombre, à gérer les basses, le fond du morceau: les fondations. D'ailleurs pour comprendre tout ça j'ai du m'immerger dans de la vraie musique :funk, blues, rock, et même un peu d'electro (faut dire que ces gars savent gérer leurs sons!). Après avoir erré comme une âme en peine de groupes en groupes, j'ai commencé à désespéré et je me suis mis à la contrebasse, histoire d'avoir des bases classiques et de revenir à l'essentiel. Puis un jour j'ai eu la rencontre : je me pointe à une énième audition où je m'attendais à voir débarquer 2 adolescents pré pubères avec 20 compos basées sur 3 accords qui font rimer "Lover" et "Forever" et je tombe sur 2 vrai zicos avec du blues à la place du coeur! Ça m'a tout de suite plu, et je me suis pas posé de questions... On s'en pose pas dans ces moments là. J'ai maintenant l'honneur de faire partie de l'équipe STEAM Morrisler, où j'espère avoir ma place pour longtemps, prêt à tenir les rythmes les plus fous et les mélodies les plus déchaînées jusqu'à ce que mort s'en suive! Bon c'est pas le tout mais j'ai des morceaux à écrire moi..."

picture of Keyboard
Keyboard

Alexandre Horiot
"Je me résumerais en disant que je suis quelqu'un qui a toujours grandi à moitié déconnecté, toujours un pied dans mon monde, un autre dans cette réalité pas toujours belle. La musique, le piano , la guitare me permettent de faire la jonction entre ces deux univers.
C'est en continuant de marcher sur ce petit chemin plus ou moins tracé collège-lycée-bac-puis deux magnifiques années de prépa dégueulaces, que je finis par arriver dans une petite école d'ingé à moitié artistique, où je rencontre Julien. Il suffisait de voir ce bon vieux cowboy sorti des années 70 pour me dire que celui là, il fallait je lui parle. Musique, ciné, philosophie, défilés de conneries, on s'est très vites compris et apprécié, et voilà qu'il m'invite à jouer dans son groupe.

Voilà que jme retrouve avec des dingues géniaux, brillants, attachants, les Steam morrisler.

Voilà que jme retrouve sur scène devant quelques centaines de personnes à faire de la musique que j'aime avec des gens que j'aime devant des gens que j'aime.

Voilà que ces musiciens, ces amis, ces frères, cette famille m'a fait vivre des moments qui font et feront parties

Keyboard

Alexandre Horiot
"Je me résumerais en disant que je suis quelqu'un qui a toujours grandi à moitié déconnecté, toujours un pied dans mon monde, un autre dans cette réalité pas toujours belle. La musique, le piano , la guitare me permettent de faire la jonction entre ces deux univers.
C'est en continuant de marcher sur ce petit chemin plus ou moins tracé collège-lycée-bac-puis deux magnifiques années de prépa dégueulaces, que je finis par arriver dans une petite école d'ingé à moitié artistique, où je rencontre Julien. Il suffisait de voir ce bon vieux cowboy sorti des années 70 pour me dire que celui là, il fallait je lui parle. Musique, ciné, philosophie, défilés de conneries, on s'est très vites compris et apprécié, et voilà qu'il m'invite à jouer dans son groupe.

Voilà que jme retrouve avec des dingues géniaux, brillants, attachants, les Steam morrisler.

Voilà que jme retrouve sur scène devant quelques centaines de personnes à faire de la musique que j'aime avec des gens que j'aime devant des gens que j'aime.

Voilà que ces musiciens, ces amis, ces frères, cette famille m'a fait vivre des moments qui font et feront parties des meilleures de ma vie.

And it keeps going...
What can I say...
Let it be."


Drums

Nicolas Rambaud
"Un petit gars qu'on à mis à la musique dès son plus jeune âge, dans un conservatoire en plus ! La clarinette et le solfège longtemps, très longtemps. trop longtemps. C'est surement ce qui m'a poussé à monter un groupe Punk. La crête dans les Pogos, des textes plein de sang, des choses qu'on n'ose pas dire. Puis un peu de calme quelques années après. J'ai rencontré en 2007 d'autres musiciens avec lesquels j'ai monté un groupe de Post-Hardcore. Plus de technique, plus de créations. Des salles pleines, des festivals, des albums. En quelques années j'ai découvert les joies de la réussite jusqu'à ce que tout ne s'arrête: de sombres histoires transversales perturbent l'équilibre de la formation qui Split. J'ai alors tout arrêté, je me suis consacré à mon travail. Une traversée du désert de deux ans durant laquelle je n'ai plus joué, tout en continuant d'écouter sans cesse toutes sorte de style, dans le but d'assouvir ma soif d'en découvrir davantage. Par période, j'ai apprécié des groupes HIP HOP comme NWA, B.I.G, Tupac, D.12, Dilated People, Xecutionners, du Funk comme Kool and the Gang, Parliament, Shalamar, M.J. Mais ce sont les cousins de Tom Sawyer que j'apprécie par dessus tout. Neil Young, Moriarty, leonard Cohen, mais aussi les Doors, Hendrix, The Who vers lesquels je me suis tourné en pensant à mes Hi-hats, Crash et Ride. C'est fin 2011 que j'ai rencontré Emile, alors bassiste de Steam Morrisler qui m'a proposé de venir jouer. Après quelques essais concluant, Steam Morrisler trouve son batteur. Hey Joe ! Here I come, Hell Yeah !"


Vocals

Pierre-Emmanuel Mazy
"A 20 ans qu'est ce que tu veux que j'écrive ? Je dois être né un 14 Novembre 1991 si on m'a pas menti. Je suis né en hiver, c'est peut être pour ça que je recherche toujours quelque chose pour me réchauffer si tu vois ce que je veux dire... C'est très tôt que je suis tombé dans la musique, non pas parce que j'aimais ça mais plutôt parce qu'on m'a botté le cul pour : le piano à 5 ans, merci maman. C'est vers 10 ans que j'ai commencé à écouter ce qui a construit mon univers musical actuel, merci papa. Ca a commencé avec mon tout premier album de hard-rock, Back In Black d'AC/DC, une grosse claque, et l'album Top Priority de Rory Gallagher, un bon coup de pied dans l'arrière train. J'ai mûri, en surface, je me suis cherché et je me cherche encore ; Je me suis trouvé en parti dans le mec qui joue de la guitare comme j'ai toujours voulu, Julien. C'est à partir de là que sont nés les STEAM Morrisler. Derrière mes bagues, mon harmo, mes santiags, mon foulard léopard et ma plume, rêvant sur les Gibbons, Tyler ou autre Morrison, je parle peut être de blues sans avoir foutu les pieds dans le delta mais je pense avoir trouvé un univers où je me sens bien. Pose ton oreille sur mon ampli si tu veux me connaître..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
 
STEAM MORRISLER
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mercury Rev - Boces (1993)
» American skin (41 shots)
» Steamhammer
» Oh oui, causons jazz (Ziggy)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Led Zeppelin :: Musique hors LZ :: Musique Non-Led Zep-
Sauter vers:  
Les forums partenaires