Led Zeppelin

Un forum sur le grand groupe qu'est Led Zeppelin.
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chroniques de Rockmaniacs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 21:26



Ce triple live de Gov't Mule intitulé Dub Side Of The Mule capté le 31/12/06 au Beacon Theatre de NY est globalement plein de qualités. Le premier cd reprend certains standards du groupe comme Thorazine Shuffle, Larger Than Life, Sco-Mule et Painted Silver Light. On y trouve également une superbe (quand je dis "superbe", le mot est vraiment faible avec un Warren Haynes en état de grâce vocalement parlant) interprétation de Whiter Shade Of Pale de Procol Harum et de Play With Fire des Stones en version reggae, cette dernière étant comparable à celle qui figure sur le live Holy Haunted House.

Sur le deuxième cd, nous assistons à un show reggae de Toots Hibbert, vous savez celui Toots And The Maytals qui, début 80 avait réussi à enregistrer et publier le lendemain le live du concert qu'il avait donné à l'Hammersmith Palais (pas "Odeon"). Sympa mais bon au bout d'un moment....

Le 3ème cd accueille Gregg Allman et John Popper (Blues Traveler) pour un set endiablé. A noter des versions toniques de Hard To Handle et émouvantes d'Endless Parade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 21:27



Que 4 titres mais quel bonheur d'écouter ce mini-LP live intitulé The High Road enregistré en 1983 au célèbre mais disparu Apollo Theatre de Glasgow. Le groupe était alors sur le point de splitter et devait sans doute s'acquitter d'un dernier album, fut-il aussi court. Ce live contient véritablement 4 perles. Can't Let Go démarre sur les chapeaux de roue suivi d'un My Only Love où notre ami, Phil Manzanera fait étalage de tout son talent guitaristique. Deux reprises viennent clôturer ce magnifique live : Like A Hurricane délivré dans une version décapante et Jealous Guy de John Lennon interprété ici avec émotion. Bryan Ferry et sa voix enjôleuse et enivrante, secondés par un groupe de "tueurs" dont entre autres Phil Manzanera à la guitare et Andy MacKay au saxophone. Quelques années plus tard paraitra un double live intitulé Heart Still Beating captant aux Arènes de Fréjus cette bien belle tournée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 21:27



Ce double LP live est vraiment de toute beauté et retranscrit parfaitement bien l'ambiance d'un concert du groupe. Bob Catley vieillit et cela s'entend bien évidemment sur sa voix qui, sur les notes les plus hautes, peine un peu. Celle-ci se veut être moins claire qu'avant plus rocailleuse, on va dire mais bon, il n'y a pas le feu au lac. Les autres membres du groupe comme les excellents Tony Clarkin à la guitare et Mark Stanway (ex-Grand Slam) aux keyboards. Al Barrow le bassiste et Harry James (Thunder) ne sont pas en reste car avouons que la section rythmique sur des morceaux plus enlevés comme Black Skies, Blood Red Laughter et Dance Of The Black Tattoo est particulièrement percutante. Particulièrement bien produit, ce live nous replonge aussi dans les ambiances de ces bons vieux classiques que sont How Far Jerusalem, Les Mort Dansant (pas de "s", ça doit être voulu...), Vigilante et Kingdom Of Madness. Un très bon live pour un groupe qui n'a jamais eu trop de chance, ceci sans doute étant dû à de mauvais choix...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 21:28



Ca y est, j'ai entre les mains 2ème opus de nos Lyonnais préférés !!!!!!!!!!!! Après un 1er album de qualité autoproduit en 2014 qui reçoit un très bon accueil par la presse spécialisée, le groupe a sorti ces jours-ci ce 2ème opus intitulé sobrement II qui reprend brillamment les recettes utilisées dans le premier effort à savoir des morceaux rugueux et efficaces composés par des musiciens talentueux soucieux de faire plaisir à leurs fans dont je fais partie.

L'album à la pochette énigmatique semblant représenter une sorte de paradis devenu aujourd'hui, inaccessible s'ouvre sur un Frenetic Traffic, un titre au rythme............frénétique donc sans temps mort. La chanteuse, Sylvaine Deschamps-Garcia, grâce à sa voix rocailleuse et envoûtante, très "plantienne", nous transporte dans ce torride univers blues rock. Derrière, ça bastonne sévère et bien évidemment, nos Rhodaniens ont envie d'en découdre sévèrement. Ca continue avec le très syncopé et très carré Lol Lizard à la fois, titre virant de temps à autre vers du rock sudiste bien ficelé qui laisse parfois place à des harmonies guitaristiques de fort bon goût de la part de nos deux artilleurs en chef Fabrice Dutour et Christophe Oliveres. Le batteur Nicolas Ammollo exécute un travail d'orfèvre tandis que la belle Sylvaine nous propose une performance vocale absolument hallucinante. Dancing With The Devil et sa rythmique de plomb clouent littéralement l'auditeur sur place. Force est de constater que le groupe a étoffé le son de sa musique et ce, grâce à une production particulièrement soignée.

Le rentre-dedans est manifestement à l'ordre du jour chez Back Roads et ce n'est pas ce Put You On Hold qui nous contredira légèrement axé sur le riff introductif de My Sharona de The Knack, le tout chapeauté par le chant quasi-épileptique de Sylvaine. Un morceau très fort s'il en est qui aura certainement son impact en live. Le morceau suivant Trouble Hotel, lancinant, entêtant et pachydermique à souhait, presque "sabbathien" nous pousse dans nos retranchements. Le solo final est de toute beauté. Sans jamais forcer sur sa voix, Sylvaine nous conduit, nous transporte dans ce marais rempli de dangers multiples desquels personne n'est en mesure de se soustraire. Envie de passer de l'autre côté (y aurait-il une référence au Break On Through des Doors de par le thème abordé ?) au prix même de sa vie car lasse de ce monde qui devient fou, notre vocaliste s'engage et ce, dans un élan de paix avéré ("I'm not a stranger, I'm not a danger, I'm just a neighbour") dans une sorte de monde parallèle qui n'en est pas pourtant moins dangereux.

Free Fall nous montre à quel point le quintet dispose de multiples ressources piochant de temps à autre dans divers registres : intro aérienne puis riff saccadé, tout ceci chapeauté par une voix suave et des choeurs parfois soul.

Cet album pourrait s'apparenter à une sorte de combat à mort et tel est bien le cas dans ce titre Duel To The Death, porté par une guitare slide larmoyante (à l'agonie ?) un combat contre tout ce que l'on vit aujourd'hui, contre les dérives de l'Humanité qui, aujourd'hui, ne mérite plus de porter son "H" majuscule. Reste à définir le mot "Death" dans ces lyrics ô combien sombres et pessimistes. Que représente t-il ou qui représente t-il ? De multiples interprétations sont de toute évidence possibles.

L'accent zeppelinien est bien évidemment très présent sur Stop, Blow Hot And Cold et ce, grâce aux divers contre-temps assénés par le batteur Nicolas Ammollo et la basse vrombissante de Franck Mortreux. Les choeurs itératifs assurés par un invité répondant au nom de Jean-Michel Leonetti renforcent l'aspect angoissant dégagé tout au long de l'album.

The Ship Of Fools et son intro acoustique à la Zep nous entrainent une nouvelle fois vers quelque chose de très syncopé mais accrocheur. Fabrice Dutour et Christophe Oliveres se partagent ce délicieux refrain qui ne vous lâche pas le tout emporté par la voix plaintive de Sylvaine et ce, jusqu'à la fin du morceau.

Ce deuxième album se veut être le reflet d'un groupe qui a maturé dans le processus de composition et je vous invite à vous le procurer au plus vite tant il respire (suinte ?) la générosité de nos amis qui y ont mis tout leur coeur (de Lyon) pour réaliser ce petit bijou. En un mot, c'est "FA-BU-LEUX" !!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 21:29



Il y a des albums qui, comme ça, vous marquent et que vous remettez inlassablement sur la platine. Assault Attack du MSG est de ceux-la. Entre un morceau-titre en guise d'opener, efficace et son roulis de batterie orchestré de main de maître par le génial Ted McKenna, le bluesy Rock You To The Ground mettant en exergue la voix de Graham Bonnet, écorché vif devant l'Eternel, le pétillant Dancer, le non moins excellent et entêtant Samuraï où le Schenk dégaine son épée guitaristique tel un...........samouraï, le pesant Desert Song où là passe la basse de Chris Glen, rien ne repousse après son passage, le très carré Broken Promises et le très UFOien Searching For A Reason (mon morceau préféré de l'album depuis toujours et ce, grâce au petit solo final tout en finesse comme sait le faire le Schenk) et l'instrumental Ulcer qui vient clore cet opus telle une charge de cavalerie, on subit un véritable assaut en écoutant cet album impérial de bout en bout et qui le restera encore un bon bout de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 21:30



Alors que dire de ce nouveau live intitulé A Night At The Odeon enregistré la veille de Noël à l'Hammersmith Odeon de Londres ? Eh bien, il y a beaucoup de choses à dire en effet car c'est le live que beaucoup de fans attendaient depuis des lustres. On se demandait si effectivement la BBC allait le garder jalousement dans ses archives tant la prestation qui y figurait, était synonyme de qualité. Eh bien non, il est sorti officiellement le 20 novembre dernier.

D'abord le package : avouons qu'on était en droit d'exiger une pochette un peu plus belle vu l'attente, avec des photos couleur d'époque dans le livret. Incontestablement les deux vedettes de ce live sont Freddie en gros plan ET cette salle mythique qu'est l"Hammersmith Odeon juste derrière avec ces tons rosés qui ne sont pas du meilleur goût.

Maintenant le son : celui-ci est bien évidemment excellent vu que le boot certes incomplet bénéficiait, lui aussi, d'un son irréprochable. Alléchant donc.

En pleine promo du dernier album en date, A Night At The Opera , sorti dans le courant de l'année 1975, le groupe décide de rajouter un show supplémentaire à l'Hammersmith Odeon, proposant ainsi une set-list très proche de celle qui figurait sur le Live At The Rainbow "74 avec en plus l"une des premières interprétations de Bohemian Rhapsody (en fait interprété pour la première fois le 14 novembre 1975 à Liverpool), couplé avec un medley réunissant Killer Queen et The March Of The Black Queen. Disparus les Flick Of The Wrist et Father To Son et Stone Cold Crazy au profit donc d'une maîgre consolation avec See What A Fool What I've Been pourtant d'excellente facture.

Vraiment un super live à mettre entre les mains de ceux et celles qui adorent Queen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 21:30



Je me réjouissais quant à l'idée d'écouter ce live des frères Appice, enregistré à l'Iridium de New York en juin 2014. De plus, la set-list articulée autour de titres du Sab, Ozzy Osbourne, Rod Stewart et Dio était vraiment très alléchante. Mais lorsque dès les premières mesures de The Mob Rules, j'ai entendu le chanteur répondant au doux nom de Jim Crean (il est paraît-il, très pote avec Phil Naro, l'ex-chanteur de Talas), j'ai vite déchanté c'est le cas de le dire. Un chanteur au timbre criard vous transperce les canaux auditifs (déjà que les miens ne sont pas en bon état) massacrant à tout va entre autres les classiques que sont Holy Diver, We Rock, Heaven And Hell et Bark At The Moon. Derrière, les frères Appice qui s'organisent des petits duels, bastonnent bien même si le bassiste James Caputo ne brille pas forcément par son adresse. Ne faites pas comme moi, si vous voyez cet album, passez votre chemin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 21:31



AEROSMITH : Rocks Donington 2014

A ma connaissance, Aerosmith assurait ici son 3ème passage au célèbre festival rebaptisé depuis "Download Festival" (on se demande pourquoi d'ailleurs....). En effet, après 1990 où tout le monde se souvient de cette jam mémorable avec Jimmy Page et 1994 dans le cadre du Get A Grip Tour, nos Bostoniens revenaient en terre anglaise pour s'y produire et ce, devant une marée humaine impressionnante. Du moins, je peux le supposer car je n'ai pas encore visionné le DVD. Par ailleurs, je n'ai écouté le triple LP qu'une seule fois.

Il n'y a pas de meilleure entame que ce Train Kept A Rollin' popularisée par les Yardbirds mais sans Jimmy Page cette fois-ci suivi sans temps mort d'un Eat The Rich et d'un Love In An Elevator bien percutants. Ce live que je possède est doté d'un très bon son parfois un peu brut mais qui rend véritablement service à la musique très râpeuse du groupe. Il n'y a pas que la musique qui est râpeuse. Il y a aussi la voix de Steven Tyler qui, sur certains phrasés, éprouve quelques difficultés notables. Perry lui, assure tel un métronome, concentré qu'il est sur son instrument. On reconnaît à peine l'intro de Cryin' où exceptionnellement Tyler ne sollicite pas le public anglais avec son fameux "One, two, three, four !!!!!! Do it !!!!!!!!!!" On poursuit avec le très fade Jaded et le trop entendu Livin' On The Edge, un peu pénibles pour moi puis c'est le retour de Last Child, l'Aerosmith que j'aime comme beaucoup ici. Tyler ne monte plus comme avant. Freedom Fighter vient rappeler que le groupe a sorti en 2012 un album très controversé intitulé Music From Another Dimension. Un titre franchement anecdotique car dans la continuité de Last Child, nos cinq compères auraient pu avoir l'idée lumineuse d'enchaîner avec Lord Of The Thighs. Mais ça, je pense que je ne l'entendrai plus. Je l'ai entendu pour la dernière fois en 1984 sur le bootleg Welcome Back Joe enregistré à Bakersfield.
Same Old Song And Dance revigore quelque peu le public de Donington qui commençait à s'assoupir suivi du fantomatique et non moins envoûtant Janie's Got A Gun extrait de cet excellent opus intitulé Pump. Nous retrouvons un Toys In The Attic quasi épileptique qui, après toutes ces décennies, se veut être toujours aussi efficace. Le groupe qui n'est plus tout jeune marque une pause avec la ballade I Don't Miss A Thing. On passe vite là-dessus pour revenir vers une vieillerie toujours aussi savoureuse à savoir No More No More extrait de Toys In The Attic (1975) et puis il y a ce retour de Come Together des Fab Four interprété dans une version diablement attachante.
La dernière ligne droite montre un groupe qui monte en puissance. Tom Hamilton amaigri après son cancer de la langue et de la gorge en 2006, martyrise sa basse tandis que l'infatigable Joey Kramer nous assène ses coups de boutoir sur Dude Looks Like A Lady qui remporte toujours un franc succès auprès de l'assistance. De même pour Walk This Way, le tube par excellence qui a toujours été fédérateur pour toutes les générations ayant suivi ou qui découvrent encore le groupe aujourd'hui. On passe très vite sur le très dispensable Home Tonight "sorti étonnamment des cartons" de Toys In The Attic dont la seule fonction est de servir d'intro à la légendaire ballade Dream On sur laquelle le sieur Tyler éprouve encore quelques "petites" difficultés à tenir les notes les plus aigües. Presque 40 ans séparent cette version de celle du Live Bootleg. Par conséquent, c'est un peu compréhensible.
Ce qui suit, est DIVIN, oui je vous l'dis avec un Sweet Emotion mené tambour battant par un Tom Hamilton au taquet, épaulé par un groupe qui répond présent. Pour moi, il s'agit du plus grand moment de ce live. La cohésion est parfaite et ce, grâce à ce son de basse qui vous enivre et vous envoûte. Chapeau, Mr. Hamilton.
La fête s'achève sur un Mama Kin' de toute beauté, un morceau qui a toujours su captiver le public de par, ce riff entêtant et percutant.

Voilà tout ceci pour dire et cela, vous l'aurez bien compris, Rocks Donington, n'est pas Live Bootleg qui, ceci dit, à sa sortie, n'avait pas reçu de critiques dithyrambiques et qui, aujourd'hui, demeure une référence dans le catalogue du Smith.

Rocks Donington présente certes un groupe en fin de parcours mais l'on sent encore chez ces cinq-là l'envie de procurer du plaisir à ceux et celles qui viennent les voir en concert. Par conséquent, un live du Smith, ça ne se rate pas. A bon entendeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 21:31



Pas de mots suffisamment forts pour qualifier ce double live légendaire de Jethro Tull, groupe qui a mélangé du folk-rock, du rock progressif et même du blues rock dans sa musique. Oui, "légendaire" parce que tout le monde le connaît. Ca fait un bon moment que je l'écoute et à chaque fois, je crie "Au génie" sur des morceaux comme Songs From The Wood, Thick As A Brick, Skating Away On The Thin Ice, Minstrel In The Gallery et Aqualung parce que notre ami Ian Anderson et "sa flute enchantée", Martin Barre et sa guitare étincelante, John Evan et son piano magique, Barriemore Barlowe et sa batterie subtile, David Palmer et son synthé envoûtant (qui se permettra même d'aller aux toilettes juste avant Jack In The Green) et le regretté John Glascock à la basse, font de cet album live un classique dans la carrière du groupe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 21:32



On dit de Joe Bonamassa qu'il a le charisme d'une allumette qu'il nous balance des nouvelles galettes (studio et live compris "tous les deux mois") qu'il a "fait le vilain" en lâchant Black Country Communion (mais bon, ça y est, il est revenu) et qu'il a fait pleurer Glenn Hughes pendant des semaines (Ohhhhhhhhhhhhh, le vilain !!!!!!!!!!") pour privilégier sa carrière solo. Vraiment vilain le Joe pour une fois que le Glenn (que j'aime beaucoup, bien évidemment : "qui aime bien, châtie bien !!!!!) avait "enfin" trouvé un projet solide qui tournait bien. Mais bon, c'est la vie même si pour ma part, j'aimerais (sans grand espoir) une reformation de BCC. Au moins, ça nous éviterait des trucs décevants genre California Breed. Le Joe, lui, il s'en fout comme de l'an 40 car il continue de sortir des albums studio de qualité et des live dans les lieux les plus prestigieux de la planète. Et là, c'est chez lui à New York qu'il s'est arrêté et plus précisément au Radio City Music Hall, salle qui figure parmi les plus mythiques au monde, pour enregistrer un album live de toute beauté alternant les blues rocks les plus endiablés comme I Can't Be Satisfied avec des standards gorgés d'émotion comme Dust Bowl ou même Different Shades Of Blue mais aussi des titres très roots et donc entrainants comme ce Still Water d'excellente facture. Je n'ai pas encore regardé le DVD mais je suis sûr que je vais apprécier. Un de mes live préférés de Bona.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 21:32



Il s'agit d'un emblématique album live de Saga, groupe canadien de son état qui, à l'époque de sa sortie, eut un certain retentissement. Bien entendu, le Phil étant à l'affût, s'était hâté de se le procurer à la FNAC Montparnasse sans l'aide des deux portes de prison (pour qui le fait de deserrer la mâchoire représentait un effort surhumain) qui sévissaient à l'époque au rayon hard rock parce que je dois vous le dire, cet album de rock progressif, répertorié comme étant le premier album de rock disposant d'un son digital, avait été classé dans le bac "Hard Rock". C'était un zoli bordel à l'époque, la FNAC Montparnasse. Bref, pas grave, j'ai toujours eu le sens de l'orientation et ai fini par trouver moi-même l'album en question.
Bon maintenant, le contenu : 9 titres seulement et 44 minutes et quelques mais 44 minutes de pur bonheur avec un Michael Sadler absolument impérial de bout en bout particulièrement sur Don't Be Late, Wind Him Up et You're Not Alone. Par contre, le son de batterie électronique de notre ami Steve Negus a pris quand même un p'tit coup de vieux notamment sur How Long et sur A Brief Case qui est un solo de batterie. Sur un album aussi court, c'est gonflé..... Suppléé par une section rythmique impressionnante (Jim Crichton à la basse et Steve Negus à la batterie) et le claviériste Jim Gilmour Ian Crichton, le "guitariste en chef" (lol) nous gratifie de soli aériens, cristallins et donc brillants.
Ainsi, ce superbe live constitue une étape marquante dans la carrière du groupe qui, malheureusement, ne franchira pas le cap suivant de la reconnaissance totale au niveau international sauf en Allemagne et ce, malgré la réalisation par la suite de superbes albums comme Heads Or Tales (1983) ou Behaviour (1985). Spéciale dédicace à mon pote Fabrice qui, je le sais, est complètement fan de cet album live.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 21:33



Ecouter un album du Sensational Alex Harvey Band sans Alex décédé en 1982 d'une crise cardiaque, de surcroit un album live, ne fut pas chose aisée pour moi qui suis fan du groupe depuis 1984. Donc 31 ans de pure addiction à la musique soit adorée soit détestée du groupe. A la surprise générale donc, voilà que surgit en 2006 cet album live intitulé Zalvation déformé du mot anglais "salvation" = "sauvetage" , Zal étant le prénom du guitariste, a repris sa bille de clown. Comme Alex, il nous fallait donc un chanteur répondant au doux nom de Max Maxwell. Après Alex, il y en avait déjà eu deux ; Steve Doherty en 1992 qui participera à un Live In Glasgow 1993, ma foi très convaincant puis Billy Rankin en 2002. Avec ce dernier, rien n'émergera de cette collaboration et pourtant il restera quand même deux ans, écumant concert sur concert. C'est au tour de Max Maxwell de se saisir du micro deux ans plus tard et de reprendre les standards du groupe tels que Faith Healer repris par plein de groupes dont Paul DiAnno sur différents live et récemment par les Dead Daisies, Midnight Moses, Next (une reprise d'Au Suivant du grand Jacques Brel), Give My Compliments To The Chef, Vambo, Boston Tea Party, Framed et l'éternel Delilah de Tom Jones. Il faut dire que le gaillard s'en tire plutôt bien, ne cherchant aucunement à imiter le regretté Alex Harvey mais plutôt à personnaliser sa façon d'interpréter ces titres du SAHB. Parallèlement, et ça, ça me fait plaisir, le quintet interprète de façon efficace des titres moins connus comme The Man In The Jar de l'album The Impossible Dream revisité récemment sur Hot City, un album de 1974 resté complètement inédit et l'énergique Swampsnake extrait de Next ainsi qu'Action Strasse de Tomorrow Belongs To Me (1975). Pour ceux qui connaissent comme moi le Live de 1975 capté au légendaire Hammersmith Odeon le 24 mai (faut dire que ce jour-là, il y avait Led Zeppelin qui se produisait à l'Earl's Court situé à quelques encablures de là), ne vous attendez pas à une ressucée de cet album important dans la carrière du combo.

Pour revenir donc à Zalvation le groupe assure vraiment bien, doté d'un son particulièrement épais, et délivre des versions réactualisées et surpuissantes de tous ces titres et ce, grâce notamment à la section rythmique historique du groupe à savoir Chris Glen à la basse et Ted McKenna à la batterie qui, je vous le rappelle, a affiché un petit sourire au moment où je lui ai présenté mes vinyles du groupe après le concert de Band Of Friends, groupe-hommage à Rory Gallagher dont il fait désormais partie aujourd'hui. Voilà donc, il faut donc relativiser. Si vous voulez tenter l'écoute de cet album live du Sensational Alex Harvey Band.....................sans Alex qui comporte aussi quelques défauts (sont-ce véritablement des défauts ?) liés à la tonalité de Max, allez-y mais bon, c'est ainsi et comme je vous l'ai dit, notre homme s'en tire très bien. Pas facile de remplacer un type comme Alex Harvey....A noter qu'il existe un DVD de ce concert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 21:33



Il m'a fallu beaucoup d'envie et d'efforts pour ressortir cet album solo de Steve Harris intitulé British Lion, album qui a divisé à l'époque. Mais je me suis dit : "Allez, redonne-lui une chance...". Chopé pour 2 euros (c'est tout ce que ça vaut) et encore, le prix avait baissé de quasiment 70% quatre mois après sa sortie voire plus dans certaines enseignes, c'est dire la qualité de l'album. Putain, j'aurais dû les garder pour m'acheter des Carambars à la framboise. On se demande encore ce qui a pris Steve Harris de s'entourer de tâcherons pareils à savoir un chanteur particulièrement quelconque répondant au nom patronymique quelconque lui aussi, de Taylor. Sa voix ressemble parfois à celle d'un chanteur pour midinettes. La section rythmique est d'une inefficacité rare autant dire qu'elle même sans âme. Les morceaux sont d'un ennui mortel notamment ce Karma Killer au rythme syncopé sans conviction qui dure cinq longues minutes et vingt-neuf secondes. Un véritable supplice. On reprend un peu d'espoir avec l'intro de Us Against The World qui est immédiatement gâchée par le chant mielleux de Taylor. The Chosen Ones avait, me semble t-il, était proposé en pré-écoute. Eh bien, il me fait toujours le même effet. Mélodie-bateau sans aucun relief avec un solo à peine audible entre les deux couplets. A oublier au plus vite. Mais putain qu'est-ce qu'il est parti s'embringuer dans cette galère ????, Un véritable naufrage, cet album. A World Without Heaven ("Un Monde sans Paradis") bah là, c'est carrément l'Enfer avec une rythmique qui aurait pu être sympa encore une fois gâtée par la voix de ce chanteur qui, je l'espère, retournera d'où il vient, à savoir les "Catacombes de l'Oubli". Et ça dure 7 longues minutes. Le solo de la 2ème partie du morceau n'est pas trop mal. On va quand même essayer de trouver quelque chose de positif mais c'est franchement difficile, ceci dit. Le titre suivant s'appelle Judas. En l'entendant, j'ai failli aller me pendre à l'arbre le plus proche. Le batteur martèle ses futs (ça y est, je l'ai dit...mdr) tel un débutant, le chanteur prend une sonorité à la Bono dans un premier temps mais dans un second temps évolue vers une voix fluette limite ridicule. Le truc acoustique, ça doit être un bridge, qui ressemble à du sous-Jethro Tull et encore, ça n'en a pas la même saveur. Judas, un titre qui respire et suinte la traitrise. Il est où le chêne le plus proche, bordel ? Eyes Of The Young, un morceau de hard rock mélodique, qui, malheureusement, ne fait pas mouche et qui ne nous soutire que de l'ennui. 5'25, c'est long. On arrive à l'avant-dernier morceau These Are The Hands, un mid-tempo fadasse qui ne fera pas lever les foules, ça c'est évident. Le dernier morceau intitulé The Lesson finit de nous endormir. Merci Steve pour cet album qui permettra aux insomniaques de dormir à poings fermés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 21:34



"Encore un nouvel album du stakhanoviste de la guitare !!!!!!!!!" vont dire certains. Bah oui, il n'arrête pas le bougre de rentabiliser sur son propre nom surtout que ça marche et moi j'dis qu'il a raison....En effet, le dernier opus Different Shades Of Blue n'a pas 3 ans qu'il nous propose déjà ce nouvel effort studio dont la pochette n'est pas sans rappeler celle du Keep The Faith de Bon Jovi ou bien celle du You Got It Coming de Jeff Beck. Par ailleurs, son omniprésence se manifeste aussi sous la forme de CD/DVD's live à profusion car le monsieur aime tourner. Il est passé 2 fois chez nous en 2 ans et on peut donc supposer qu'il nous aime bien. L'édition limitée comporte un livret intérieur (au demeurant magnifique) de 64 pages qui présente toutes les guitares utilisées par le natif d'Utika et quelques photos des sessions d'enregistrement où le bien-nommé Kevin Shirley vient montrer sa frimousse gentiment plissée.

L'album débute sur un morceau très enlevé intitulé This Train mettant en exergue le talent du Bona puis l'un des morceaux-phare nous renvoie dans nos 22 à savoir Mountain Climbing percutant telle une perceuse Métabo défonçant une cloison. En intro, j'ai cru lors de la première écoute entendre les phrasés de Back In Black d'AC/DC. Un titre solide rempli d'énergie, une petite tuerie bien binaire à laquelle le Bona ne nous avait pas habitués jusqu'ici.
Drive, un morceau très aérien qui pourrait lorgner vers un mix de Dire Straits, Chris Isaak et les Shadows dans le son de guitare et l'ambiance qui s'en dégage. C'est un morceau véritablement splendide et puis il y a cette voix du Bona et celle des trois choristes Mahalia Barnes, Jade McRae et Juanita Tippins qui littéralement vous transportent. En tous les cas, moi, j'aime ce titre qui, je le sens, va devenir incontournable dans les futures setlists.

On revient pour ce 4ème titre intitulé No Good Place For The Lonely dans un blues à la structure mid-tempo très classique, un peu comme le faisait l'ami Gary Moore dans les années 90. Pas essentiel à mon goût. Blues Of Desperation, le morceau-titre redonne à l'album un peu de peps et ce, grâce à son riff puissant et lourd teinté de légères ambiances parfois orientales presque zeppeliniennes si l'on écoute certains passages de très près qui feront peut-être penser de temps à autre à Dazed And Confused avec un usage très adapté du theremin.
Le titre The Valley Runs Low est une gentille balladounette country, zolie zolie, qui ne restera pas dans les annales mais bon, tout le monde sait que le Bona a un coeur gros comme ça....
La trève est de courte durée car You Left Me Nothin' But The Bill And The Blues, un boogie-rock d'excellente facture contient son lot de riffs efficaces et entrainants à souhait. Loin d'être original et marquant, ceci dit. Par contre, celui qui suit intitulé Distant Lonesome Train est un véritable rouleau compresseur et ce, grâce à sa mélodie accrocheuse supportée par la solide section rythmique assurée respectivement par Michael Rhodes à la basse et Greg Morrow à la batterie et aux percussions. Superbe en tout point.
On poursuit avec le dispensable How Deep This River Runs, un titre qui n'a pas, selon moi, d'attrait particulier si ce n'est un superbe solo final de la part de notre homme.
On poursuit avec le pétillant Livin' Easy sorte de morceau jazzy emporté par un sax râgeur. Assez inattendu de la part du Bona.
L'inévitable blues mélancolique intitulé What I've Known For A Very Long Time vient clore ce superbe album pour lequel certains se plaisent à dire qu'il s'agirait sans doute de sa meilleure réalisation. Je ne serais pas foncièrement en désaccord tant cet opus nous offre un Bonamassa sous un nouveau jour, un tantinet plus énervé voire remonté, en témoignent les titres Mountain Climbing et Distant Lonesome Train qui, à eux-seuls, justifient l'achat de ce bien bel album.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 21:34



J'aime beaucoup cet album intimiste de Sylvian/Fripp paru en 1993. On est littéralement happés par cette atmosphère mystérieuse parfois inquiétante et envoûtante notamment sur ce morceau intitulé Firepower. qui, peu à peu, vous enveloppe pour ensuite mieux vous emprisonner ou peut-être vous apprivoiser. God's Monkey et Brightness Falls renouent avec ce passé crimsonien si cher à son mentor Robert Fripp. Vous êtes en même temps bercés par la voix chaude et enjôleuse de David Sylvian (ex-Japan). La collaboration ne durera pas très longtemps puisqu'après une tournée et la publication d'un album live intitulé Damage, les deux compères se sépareront, chacun reprenant le cours de sa petite vie, l'un s'occupant de sa carrière solo et l'autre reformant King Crimson deux ans plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 21:35



Sans pour autant sombrer dans une sensiblerie fort déplacée, que de bonheur non dissimulé lorsque j'appris en 1984 que 1- le groupe se reformait après 8 ans d'inactivité dans sa formation la plus légendaire qui soit en fait 11 si l'on évoque la Mark II bien évidemment), 2-le groupe allait sortir un nouvel album et 3-le groupe était sur le point d'entamer une tournée mondiale passant deux soirs de suite les 8 et 9 juillet 1985 à Bercy. Un groupe qui comme beaucoup ici avait contribué à la lente élaboration de mon parcours musical, un groupe que je n'avais pas eu la chance de voir dans les 70's parce que trop jeune (11 ans en 1973) ni en même en vidéo parce qu'à l'époque les magnétoscopes, on n'en avait pas. Les plus jeunes n'entendront pas forcément ce discours passéiste. Bref, Deep Purple daignait enfin repointer le bout de son nez et c'était là, l'essentiel. A la limite, on se foutait de savoir comment ils allaient jouer, on les voulait tous les cinq ensemble et au final, on se disait forcément que ce serait forcément bien.
Inutile donc de préciser que j'attendais avec impatience même aujourd'hui la sortie d'un double live de cette tournée faisant la promotion de l'album Perfect Strangers que je considère comme remarquable en tout point. Mais là, ce n'est que mon avis. Souvenir donc d'un temps béni.
Eh oui, temps béni où avec Ronan, nous prenions le temps d'écouter chez William (un pote que j'avais connu étant gamin et que j'avais revu lors du décès de mon cousin à cette époque-là) d'excellents bootlegs de la tournée (Melbourne en faisait partie) qui avait donc débuté en Australie à Perth le 27 novembre 1984. Courant 85, paraissait un excellent double live bootleg au son plus que correct intitulé Highway Stars enregistré au Memorial Drive d'Adelaide le 30 novembre 1984 (jour de l'anniversaire de Roger Glover), un live qui mettait en exergue le fait que le groupe était visiblement heureux de rejouer ensemble laissant les vieilles rancunes au placard. Et cela s'entendait notamment sur les versions de Strange Kind Of Woman (incluant Jesus Christ Superstar et Waltzing Mathilda), Under The Gun où notre ami Blackmore nous balançait un solo (sans doute plus "métallique" qu'à l'accoutumée) du plus bel effet, un Smoke On The Water où sur certaines dates, Glover et Blackmore échangeaient basse et guitare (notamment à Paris sur la première date) tout comme donc sur ce Perfect Strangers Live qui vient de voir le jour et qui propose une set-list de feu (dont 5 extraits de Perfect Strangers) et ce, dans l'antre du Sydney Entertainment Center le 12 décembre 1984. Il est regrettable de ne pas avoir opté pour le concert du lendemain car l'ex-Beatle George Harrison fut invité à jammer avec le groupe sur Lucille.
L'interrogation concernait le chant de Ian Gillan dont on savait qu'il avait été sérieusement entamé par la tournée Born Again de Black Sabbath. Une voix pas forcément transcendante non plus mais qui, ceci dit, assurait l'essentiel sur un Child In Time endiablé mais également sur un Space Truckin' démontrant que le quintet était en parfaite osmose. On connaitra bien pire par la suite.
Le Blackmore, ce qui est rare et cela mérite d'être souligné, il sourit à Gillan sur Strange Kind Of Woman et vient même un peu plus tard faire une accolade à Glover. Je vous l'ai dit en intro : ce furent des moments bénis qu'on ne reverra malheureusement plus. Lord (que l'on ne voit pas trop, à part sur son solo largement moins inspiré que celui qu'il effectuait en 93, à mon humble avis) et Paice sont remarquables de virtuosité et d'efficacité.

Ces concerts australiens sont évidemment connus pour faire partie des meilleurs de la tournée, certes meilleurs que les deux shows parisiens donnés neuf mois plus tard qui, ceci dit, ne furent pas pires que certains donnés encore il y a encore quelques années parce qu'effectivement, à Bercy, notre Gillan était bel et bien malade et assura tant bien que mal, soulagé qu'il fut de ne pas avoir à interpréter Child In Time. Mais bon, on s'en fout, ils étaient là devant moi et je n'ai pas honte de dire qu'après la Toccata de Bach, j'ai essuyé une petite larmichette.

On pourra dire tout ce que l'on voudra sur la qualité du show capté sur ce Perfect Strangers Live, notamment pour des soli (peut-être bâclés, je sais pas, je m'en fous) de Blackmore ou bien la voix approximative de Gillan mais une chose est sure, cette tournée, je m'en souviendrai encore longtemps, bien plus d'ailleurs que ceux que j'ai vus ces dernières années.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 21:36



Bon, je crois qu'il faut absolument parler de Blackfoot, un groupe de rock sudiste apparu à la fin des années 70 et qui perça chez nous aux alentours de 81 avec l'album Marauder, chef d'oeuvre parmi les chefs d'oeuvre, suivi d'un autre chef d'oeuvre, le live Highway Song-Live enregistré à l'Hammersmith Odeon de Londres. Juste avant Marauder, les opus étaient bons notamment ce que l'on appelle communément la trilogie animalière Strikes (un serpent), Tomcattin' (une panthère noire) et donc Marauder (un rapace). Le rock sudiste de Blackfoot emmené par le bouillonnant Rick Medlocke (chant, guitare) se veut plus enlevé que celui d'un Lynyrd Skynyrd voire même plus hard.
Après ce mythique live sorti en 1982, le groupe s'adjoindra les services de Ken Hensley (ex-Uriah Heep) au clavier et publiera Siogo bien plus tourné vers la musique FM et qui décevra les fans de la première heure. Depuis, on a eu Vertical Smiles, un album très mauvais et puis Rick Medlocke a quitté le navire pour rejoindre son premier groupe, Lynyrd Skynyrd cette fois-ci en tant que guitariste alors qu'il officiait en tant que batteur au sein de Skynyrd.

S'il y a un album à retenir, c'est ce live.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 21:36



Thunder And Lightning, l'album le plus hard voire même le plus heavy de Thin Lizzy, est un superbe album particulièrement ficelé et ce, grâce à l'arrivée de John Sykes (ex-Tygers Of Pan Tang, futur Whitesnake et Blue Murder) en 1983. Eh bien, je le réécoute ce soir parce qu'il fait référence à une période particulièrement trouble dans la carrière du sieur Lynott. Celui-ci vient de vivre une séparation difficile et se réfugie alors dans les substances illicites les plus dures, ce qui se traduit tout particulièrement sur des titres sombres comme The Sun Goes Down ou puissants comme Baby Please Don't Go. Le Lynott est plaintif et grâce à sa voix chaude (ce qui est rare chez un "métalleux" : diantre, que je n'aime pas ce qualificatif), il nous envoûte sur des riffs particulièrement incisifs orchestrés par Sykes et chapeautés par Darren Wharton (claviers), Brian Downey (batterie), Scott Gorham (guitare) et Phil Lynott (basse, chant) notamment sur Cold Sweat. Thunder And Lightning, ce sera l'album des adieux qui seront couronnés par une tournée européenne (qui ne passera pas par la France) et japonaise, tournée qui donnera ensuite lieu à un double album live intitulé Life.


Dernière édition par Phil le Jeu 31 Aoû - 7:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 21:37



Quand elle est revenue sur le devant de la scène en se produisant en 2014 pour 22 concerts à "l'Hammersmith Odeon" de Londres aujourd'hui "Eventim Apollo", on ne donnait pas cher de la grosse dondon". Bah oui, elle avait grossi et au niveau voix, on ne savait pas trop où on en était. Alors oui, elle avait continué à publier des albums (dont l'excellent Aerial) et donc dans ce cas-là, il est toujours facile de trafiquer une voix. Remarquez pour un live aussi avec les overdubs. Les concerts pour elle, c'était terminé depuis belle lurette depuis...........1979, date de la publication du frustrant live riquiqui On Stage (4 titres !!!!!) enregistré au même endroit.

Et puis donc 2014 voit notre miss revenir après avoir été anoblie par la Reine. Nous proposant un spectacle ambitieux en trois actes pour lequel, on regrettera d'ailleurs, qu'un DVD n'ait pas été enregistré pour l'occasion, la diva, volontairement en retrait (puisque déjà sur la pochette, son nom n'est même pas mentionné : The KT Fellowship) nous ensorcelle grâce à cette voix inoubliable, aérienne et enivrante. Un univers à part que celui de Kate Bush qui, volontairement fait l'impasse sur l'immense Babooshka (mais qui nous gratifie de superbes versions bien pêchues de Hounds Of Love et Running Up That Hill), un univers qui vous transporte dans des stratosphères aussi envoûtantes les unes que les autres, passant çà et là par du folklore irlandais sur Jig Of Life mais aussi par des mélodies qui vous bercent, vous transportent et vous emmènent pour un long voyage initiatique, un long voyage pour lequel vous espérez qu'il ne s'arrêtera pas. Quand on écoute Hello Earth, on retrouve la "belle" avec ce qui a fait toute sa renommée. SA VOIX !!!!!!!! Ca vous prend vraiment aux tripes, ce truc !!!!! La face B intitulée The Ninth Wave de l'album Hounds Of Love est dignement interprétée durant l'Acte II.

Tout ceci est très théâtral à la vue des photos proposées dans le livret joint au triple CD. Pour son retour, la diva avait donc mis les petits plats dans les grands, s'entourant ainsi de grands musiciens comme entre autres Omar Hakim aux futs, David Rhodes à la guitare et Jon Carin aux keyboards. Bref du beau monde pour immortaliser cet évènement qui se conclut sur une interprétation intégrale du deuxième CD d'Aerial (sorti en 2005) intitulé A Sky Of Honey. Que de frissons à l'écoute de ce magnifique live vraiment surprenant. Enfin, pas tant que ça car en ce qui me concerne, je savais pertinemment que son talent était intact. De quoi, finalement vous mettre l'eau à la "Bush" pour écouter cet album vraiment magique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 21:38



Ce live enregistré au Bataclan le 11 juin 2003, il faut l'avoir, rien que pour le symbole qu'il représente bien évidemment. En effet, le fruit des ventes des 20 000 exemplaires (j'ai le numéro 4098) de ce live reviendra aux familles des victimes des attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis. Beau geste de la part d'un groupe mondialement connu. Sinon d'un point de vue musical, ce live se veut être d'excellente facture, tablant outre Frantic qui faisait alors la promotion-marathon (3 concerts parisiens en une seule journée tout de même : Boule Noire, Trabendo et Bataclan) de St Anger qui venait tout juste de sortir, sur un répertoire pré-"Black Album". Quel plaisir donc de réécouter successivement The Four Horsemen (sans doute mon morceau préféré du groupe), Leper Messiah, No Remorse, Fade To Black, Ride The Lightning, Blackened, Seek And Destroy et Damage Inc devant un public chaud bouillant. Vraiment superbe et émouvant à la fois..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 21:58



Voici une vieillerie live des Rockets dont on n'a pas assez parlé à mon avis. Du rock certes pas original mais efficace à souhait et donc sans fioritures. Ca suffit bien pour passer un bon moment. Le guitariste Jim MCCarty, originaire de Detroit (rien à voir avec le batteur des Yardbirds) peut se vanter d'avoir officié au sein du Buddy Miles Express, de Cactus (sur les albums Cactus (1970), One Way... Or Another (1971), Restrictions (1971) et V (2005) tandis que l'une des choristes, la talentueuse Shaun Murphy rejoindra bien plus tard Little Feat. C'est bien sympa tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 22:01



Un artiste qu'on a complètement oublié aujourd'hui et qui eut, malgré tout, un relatif succès d'estime puisqu'il eut droit à certaines chroniques dithyrambiques de la part de la presse spécialisée en l'occurrence le défunt Rockstyle. Pour ce faire, réécouter son blues rock chaleureux sur ce mini-CD live enregistré chez lui à Austin procure un plaisir incommensurable tant cet homme-là savait mêler virtuosité et compos accrocheuses sans jamais en faire trop. A écouter sans modération.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 22:13



Très bon, ce live du Schenk. Ceci dit, j'ai été tellement été habitué à entendre soit les voix de Phil Mogg sur les titres d'UFO et de Gary Barden sur ceux de MSG que la voix de Doogie White au demeurant un grand chanteur, me fait drôle. On pourra de plus regretter l'absence de titres période Graham Bonnet comme Assault Attack, Desert Song ou Searching For A Reason (celle-là, je ne pense pas que j'en entendrai une version live un jour). La setlist est complétée par des versions percutantes du répertoire des Scorpions (Rock You Like A Hurricane, Coast To Coast, Lovedrive, Blackout).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 22:15



Celui-là, je n'avais pas pu (voulu ?) y aller car il y avait Venom en tête affiche que je supportais pas. Tout le monde nous rabattait les oreilles avec ce groupe. Mon regretté cousin Pierre y était allé et s'était barré juste avant Venom mdrrrrr....Pas grave car je les ai vus 8 mois plus tard au Breaking Sound Festival du Bourget... Présenté par Dany Terbèche, ex-rédacteur en chef d'Enfer Magazine, ce concert enregistré le 9 janvier 1984 à l'Espace Balard, l'espèce d'"usine à bestiaux" où s'entassaient les métalleux bien avant l'ouverture du Zénith, nous présente un groupe sans concessions qui délivre ses riffs incendiaires de titres principalement extraits de Kill 'em All (mon album préféré sans nul doute à cause de la présence de morceaux-cultes comme The Four Horsemen, No Remorse, Seek And Destroy, Whiplash et Motorbreath). On a le droit en avant-première à une interprétation de Ride The Lightning morceau-titre de l'album qui sortira six mois plus tard. Un bien fou, ce double live.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Phil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40775
Age : 55
Localisation : 9 cube
Groupe préféré : THIN LIZZY / LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH /DEEP PURPLE / AC/DC / WHITESNAKE / UFO
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   Mer 30 Aoû - 22:19



Ce double live paru en 1998 qui bien évidemment ne représente pas la période dorée du Lutin en solo. En effet, à l'époque, le groupe était composé de Tracy G.(échappé de Love/Hate), Vinny Appice aux drums, Larry Dennison à la basse et l'indéboulonnable Scott Warren aux keyboards et venait de composer un album intitulé Angry Machines jugé bien moyen à sa sortie. La tournée promotionnelle donna donc lieu à la parution de ce double cd live enregistré sur 3 dates (Chicago, Shaumberg et New York). Malgré l'infâme solo de Tracy G. en clôture de Mistreated, le répertoire est fidèlement interprété bien plus attrayant que les versions figurant sur le Live In London : Hammersmith Apollo 1993. Comme d'habitude, Dio y excelle notamment sur Heaven And Hell, Stand Up And Shout, Double Monday et Mistreated enchaîné très brièvement sur Catch The Rainbow. Un live correct où l'on entend un groupe particulièrement bien soudé autour du Lutin. A noter que deux visuels de ce live étaient sortis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://led-zeppelin.forumsactifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chroniques de Rockmaniacs   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chroniques de Rockmaniacs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Skalpel"Chroniques de la guerre civile" New album
» Chroniques d'Outre-Tombes (zine, #3 bientôt dispo)
» Psi Factor, chroniques de l'étrange
» CHRONIQUES DE PRESSE sur l'album LOVE LUST FAITH + DREAMS
» [Chronique] Lonewolf "The Dark Crusade"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Led Zeppelin :: Musique hors LZ :: Musique Non-Led Zep-
Sauter vers:  
Les forums partenaires